Actus

En un an, plus de 1000 épisodes antichrétiens, y compris le vandalisme et les menaces

Un presepe distrutto dai vandali

Une crèche détruite par des vandales – (Avvenire)

Crèches vandalisées, statues mariales coupées, bus de pèlerins en vue. En France, pas une semaine ne se passe sans de nouveaux blitz anti-chrétiens, dont la dénonciation dépasse rarement les pages des journaux régionaux. Le risque d’accoutumance insidieuse est à nouveau confirmé par les dernières données du ministère de l’Intérieur.

Il s’agit d’un dossier sur le fléau plus général des actes antireligieux dans le pays européen où, historiquement plus qu’ailleurs, l’anticléricalisme et l’athéisme ont pris des racines profondes, aujourd’hui encore plus dans le contexte d’une ignorance religieuse de plus en plus répandue.

En 2019, les événements classés comme “anti-chrétiens” ont une nouvelle fois dépassé la barre symbolique du millier, à une altitude de 1052. Il y a eu 996 “actions” réelles, avec une majorité de vandalisme contre les lieux sacrés. À 56 autres occasions, il s’agit de «menaces». En moyenne, donc, près de 3 actes par jour, avec une récurrence stupéfiante surtout dans le Sud-Ouest.

L’année précédente, 1 063 faits avaient été enregistrés.

Mais la peste affecte également pleinement la culture et la religion juives, avec en moyenne près de deux actes hostiles par jour: soit 687 faits “antisémites” observés, soit une augmentation de 27% par rapport à 2018, mais avec une forte majorité de menaces par rapport à aux stocks, ce dernier recule de 15%. Le ministère a également examiné 154 faits “anti-musulmans”, avec une croissance de 35% en un an. La plupart d’entre eux étaient des blitz contre des lieux de prière.

Le 3 décembre, les images de la profanation de 107 tombes dans le cimetière juif alsacien de Westhoffen, dans le sillage de précédents cas similaires à Quatzenheim (92 tombes, en février 2019) et Herrlisheim (37 tiges, Décembre 2018).

Entre-temps, face aux événements antichrétiens, 2020 s’est ouvert entre autres avec la destruction d’une crèche dans une église de Mont-Saint-Aignan, banlieue de Rouen. La statue du Bambinello, en particulier, a été retrouvée décapitée. Dans le sud-ouest, des statues de Marie ont été détruites dans plusieurs églises de Pau et dans deux communes voisines.

Les plus populaires

To Top